Tout sauf le grand amour

12 avis Donner votre avis
Ce que cherche Lucy Lang à l’aube de ses trente ans ? Un homme sympa et honnête. Un homme qui s’occuperait du jardin, des barbecues, et qui jouerait au foot avec les enfants. Et surtout, surtout, un homme qui ne déclencherait en elle aucun émoi amoureux, aucune grande passion. Car Lucy refuse l’idée de souffrir de nouveau, comme elle a souffert cinq ans plus tôt en perdant son mari.
Alors, même si le passé se rappelle encore à elle, aujourd’hui, elle le sent : elle a atteint les limites d’une vie exclusivement consacrée à son chat, Fat Mikey, le plus intelligent et le plus capricieux des félins, et à son travail qu’elle adore, dans la petite pâtisserie familiale de Rhode Island. Oui, il est temps, après cinq ans, de tourner la page, et de se lancer dans une nouvelle vie. Première étape : prévenir Ethan Mirabelli, son amant sexy mais inépousable, qu’il est temps de revenir à une relation strictement amicale. Deuxième étape : se lancer dans la quête de son futur mari, celui qui sera tout pour elle. Tout, sauf le grand amour. [suite]

Format poche - Genre : Feel good - Romance - Collection HarperCollins - 3 novembre 2016 - HarperCollins N°CH8 - 480 pages - EAN 9791033900931

Format ebook - Genre : Feel good - Romance - Collection HarperCollins - 28 mai 2014 - HarperCollins N°CH8 - EAN 9782280325127

Lire un extrait

L'auteur

Depuis la publication de son premier livre, Kristan Higgins a vu ses romans classés sur les listes de best-sellers de USA Today et du New York Times. De grands magazines américains l’ont élue « meilleur roman de l’année » à plusieurs reprises. Auteur de comédies romantiques piquantes et pleines de charme, elle possède le don de savoir faire (vraiment) rire autant que d’émouvoir (aux larmes).

[suite]
En savoir plus

Les avis des lecteurs sur ces livres Découvrez les avis des lecteurs sur ces livres

  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Cindy Z le 17/02/2017 à 20:27
    Ou comment résumer ce bouquin en un mot : Déception. Voilà tout est dit maintenant je peux retourner sous ma couette. Quatre jours que je suis malade à cracher mes poumons, incapable de lire. Hier soir, après cure de cortisone et d’antibiotique je me suis dit « tiens et si je bouquinais un peu ? ». Après une intense réflexion sur le choix du livre (La Belle et la Bête ou Tout sauf le grand amour ), j’ai choisi le Higgins (je veux pouvoir déguster pleinement La belle et la bête). Kristin Higgins est une auteur qui ne m’avait jusqu’alors jamais déçue, toujours de l’amour (le vrai, qui clignote en rose fuchsia), des fous rires (les vrais, qui nous feraient presque pleurer). Bref tout ce que j’aime dans une romance. Et pourtant… Tristesse… Ce livre est ma première véritable déception de l’année (vous allez me dire que j’avais déjà été déçue par Par la Grâce de Sa Majesté, et je vous répondrais alors que c’était une « bébé » déception due au manque de romance dans le bouquin qui sinon aurait été parfait alors que Higgins c’est vraiment une déception sous tous les points !). Attention risque de gros spoilers dans la suite. D’abord l’histoire. Lucy a perdu son mari il y a cinq après seulement huit mois de mariage. A maintenant trente ans et après la naissance de sa nièce, elle décide qu’il est grand temps qu’elle prenne sa vie en main, se trouve un bon mari, père de ses futurs enfants mais dont elle ne tombera pas amoureuse. Oui car une malédiction touche les femmes de la famille, malédiction qui en ferait des veuves noires à un âge très jeune. Et Lucy ne veut plus souffrir. Jusque-là, je me dis pourquoi pas. Pour se lancer à la recherche de son futur « non grand amour », Lucy va d’abord devoir se séparer de son « sex friend » l’adorable Ethan (qui se révèle être le seul point positif du bouquin). Ethan qui n’est autre que le jeune frère de Jimmy le mari de Lucy (alors là premier grincement de dent, le coup du petit frère je trouve ça moyen, mais quand en plus on apprend ensuite qu’Ethan est amoureux de Lucy depuis le début, que Jimmy était au courant quand il a fait la connaissance de Lucy et que cela ne la absolument pas arrêté deuxième grincement de dents, puis qu’on découvre que Jimmy était fiancé avec une autre femme à ce moment-là troisième énorme grincement de dents !). Et ça commence à faire beaucoup de grincement de dents ! Autre gros point noir : Lucy ! Je lui aurais filé des claques tout au long du livre (et je vous parle même pas de sa sœur complètement paranoïaque qui a besoin de voir un bon psy). Lucy qui m’a tapé sur les nerfs, j’avais qu’une envie : lui crier d’arrêter de nous emm*rder, de vite se rendre compte qu’elle est amoureuse d’Ethan et qu’elle nous fiche la paix avec ses états d’âmes. Avec Lucy, Kristan Higgins a voulu nous montrer toutes les étapes du deuil (sauf que 5 ans après, de suite ça rend moins bien…). Et puis, si je vous explique qu’un de mes romans phares est PS : I Love You vous comprendrez que la barre est très haute pour tout ce qui est romans dont le thème est le deuil après la perte d’un mari. Pour le coup, Higgins n’arrive même au niveau du petit orteil de Cecelia Ahern. En gros, un échec de plus dans ce bouquin. Le livre est en plus rempli de longueurs (à plusieurs reprises, l’envie m’a démangée de sauter des lignes tellement je m’ennuyais), pas de gros fou rire (à peine quelques petits sourires par ci par là), et pas d’amour avec un grand A, juste une jolie (et encore…) petite romance. Et je vous épargne l’histoire de l’ex-fiancée cruelle, de la vieille tante revenue d’entre les morts qui finit par mourir, de la belle-famille, de la sœur parano, des veuves noires épuisantes,… et je pense que j’en oublie. Bon je viens de relire ma critique et je m’aperçois qu’elle est vraiment assassine et j’aime pas trop ça mais c’est vraiment ce je ressens après lecture (même ma tablette de milka m’apporte zéro réconfort après cette déception …). Peut-être que ce livre va plaire à certaines (et je l’espère car c’est vraiment une auteur que j’aime habituellement) et qu’un jour je le relirais et me dirais que j’avais vraiment été nulle d’écrire cette critique (par contre je sais pas si j’aurais la motivation pour le relire un jour). http://lune-et-plume.fr/tout-sauf-le-grand-amour-de-kristan-higgins/ [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Unpeudelecture le 17/02/2017 à 20:27
    Voici le lien vers mon avis : http://unpeudelecture.blogspot.fr/2014/02/tout-sauf-le-grand-amour-kristan-higgins.html [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Mlle Alice le 16/08/2017 à 16:31

      J'aime beaucoup les personnages de Kristan Higgins, ainsi que sa façon d'écrire. On ne s'ennuie pas, on rigole même. En revanche, j'ai moins aimé l'histoire ici. Dès la page 40, on sait avec certitude comment cela va se terminer et le livre ne compte pas moins de 443 pages. Cela fait donc un peu long à attendre l'inévitable, à s'impatienter que l'héroïne ouvre enfin les yeux! On a donc bien envie de la secouer mais comme l'environnement est chaleureux et que l'on aime séjourner dans cette petite ville au bord de l'eau en compagnie des désopilantes veuves noires, on passe malgré tout un agréable moment.

      Une petite déception donc en comparaison du précédent (l'amour et tout ce qui va avec) mais une bonne lecture malgré tout! J'ai regretté également que, suivant uniquement l'héroïne, on rate certaines scènes essentielles, comme l'explication entre le héros et ses parents qui m'a manquée.

    [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Malorie L le 17/02/2017 à 20:27
    Ce roman est un petit bijou, bourré de qualité ! J'étais tellement prise par ce récit, que j'en venais à compter les heures qui me séparaient de la suite de ma lecture. J'ai vraiment beaucoup apprécié la plume de l'auteur (que je découvrais) et que je trouve digne des plus grand auteurs contemporains. J'ai hâte de lire d'autres ouvrages d'elle ! [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Lolzp82 le 17/02/2017 à 20:27
    Comment dire que j'ai tout simplement adoré!!! Si j'avais eu le temps de lire d'une seule traite je l'aurai fait!! Je l'ai complètement dévoré!! Les personnages sont attachants. Une belle histoire qui émeut grâce à la belle plume de K.Higgins qui a su allier amour, tragédie, suspense et humour que du bonheur dans notre lecture ;-) Au très plaisir de la lire encore ;-) merci [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Vivi78 le 17/02/2017 à 20:27
    [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par louve002 le 17/02/2017 à 20:27
    Tout sauf le grand amour est un roman qui se dévore, qui est mature et bien écrit et me donne très envie de découvrir autre chose de l'auteur, car je ne suis pour le moment absolument pas déçue de ses écrits ! Une occasion pour me mettre enfin à la romance, genre que j'ai rejeté pendant très longtemps ! [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par TessaG le 17/02/2017 à 20:27
    Tout comme pour L’amour et tout ce qui va avec, j’ai beaucoup aimé le style de l’auteure. L’histoire se lit bien et facilement tout en parlant de l’amour avec ses hauts et ses bas. Le petit plus? L’auteure n’oublie pas d’y amener une touche de fraicheur! [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par Meli006 le 17/02/2017 à 20:27
    [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par moulin le 17/02/2017 à 20:27
    [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par everalice le 17/02/2017 à 20:27
    http://leslecturesdeveralice.blogspot.com/ Luce, issue d'une famille de veuves hongroises dont les réparties et les interactions valent largement le détour, elle-même veuve encore amoureuse de son défunt mari après 5 ans, devra réapprendre à se faire confiance, à se donner la parole, sans angoisse ni culpabilité : se réconcilier avec son soi si farouchement nié par peur panique de ne pas survivre à la souffrance de l'inexorable.
    Elle a mis sous le boisseau tout ce qui peut la rendre un tant soit peu à la vie, comme si elle avait tondu ses cheveux et s'était couverte la tête de cendres : tourner le dos à sa vocation de chef-pâtissière, alors que son âme d'artiste la conduit tout au long du roman à magnifier ses élans dans de magiques créations sucrées ; travestir son goût des douceurs sensuelles, puisqu'elle ne peut plus avaler que des cochonneries industrielles bourrées de sucre et de fausses matières grasses ; ignorer sa garde-robe, qui contient des centaines de dollars de tenues toutes plus élégantes les unes que les autre, en se contentant de la contempler et de soupirer, affublée d'un éternel pantalon de jogging, ou de son jean élimé, dans le meilleur des cas ; et vivre une histoire de sexe sans engagement avec cet Ethan, son beau-frère, le plus-que-parfait-ami, qui ne reste dans son esprit que cela, l'indispensable pourtant, mais celui qui ne fera sûrement pas souffrir son cœur déjà rassasié de douleur.
    Lucy a tout pour être heureuse, tout à portée de main, mais elle passe sa vie, meurtrie et désolée, à côté du bonheur.
    Heureusement, le déclic se fait dans son esprit : à trente ans, elle décide d'essayer de tourner la page, mais hors de question pour elle de mettre son cœur dans la balance.
    Son futur compagnon devra correspondre à une batterie d'items anti-douleur, en tête de liste desquels figure le "Faible risque de décès prématuré", mais aussi "pas trop séduisant", "élans paternels", "job stable", "gentil avec sa famille",...
    On mesure combien cette jeune femme est profondément marquée par la disparition de son incomparable Jimmy, un être plus-que-parfait, dont elle apprendra toutefois à accepter les failles au fil du roman. Et son cheminement, zébré d'allers et retours, de larmes, de coups au cœur, de tendresse, et de nostalgie, sera long et éprouvant, mais combien gratifiant !
    Ethan Mirabelli, ah, Ethan, oui, on ne peut que tomber sous le charme de son sourire solaire, espiègle et tendre à la fois. Il cumule, aux yeux de Luce, de trop nombreux handicaps : charmant et beau, drôle, super sexy, mais sans en avoir l'air, accompli dans tous les sens du terme, il est celui qui a toujours été là, à ses côtés, dans l'ombre, toujours de ce grand frère encensé de tous : la seconde roue du carrosse.
    Je suis complètement tombée amoureuse de lui, de sa vulnérabilité, de sa patience, de son entêtement aussi et de son incomparable fidélité. J'aurais voulu secouer Lucy comme un prunier, ce qu'il ne manque pas de faire d'ailleurs, et lui dire : "allez, on y va, maintenant, le temps des larmes est fini, ouvre donc un peu les yeux, nom d'un chien !!". On ne peut s'empêcher de souffrir pour lui... A ce titre, les dernières pages sont une bénédiction tant Kristan Higgins a réussi à créer un fort sentiment d'attente et de frustration !

    Mon sentiment
    N'ayant aucun point de comparaison, puisque c'est ma première lecture de Kristan Higgins, que dis-je, un vrai festin, j'ai eu un mal fou à le lâcher au gré de mes pérégriations quotidiennes.
    Tour à tour tendre, drôle, triste, émouvant, troublant, ce roman est une précieuse pépite, un rien nostalgique et profond.
    Le style, à lui seul, est une petite merveille : incisif, naturel, sans temps mort, ironique et mordant, il rend très vivants les multiples personnages de cette galerie, avec tendresse et élégance. Certaines scènes sont vraiment à croquer : la première scène d'amour entre Ethan et Luce m'a beaucoup fait rire, de même que les talents hautement barrés du cousin Stevie avec son record de franchissement de vaches, ou la description de l'enfilage d'une gaine récalcitrante.
    J'ai ri, j'ai pleuré, j'ai frémi, et j'ai palpité de bonheur. Une vraie marmite du bonheur. Ne vous attendez pas à de grandes scènes sensuelles, par contre, il n'y en a pas, tout est suggéré, ce qui ne m'a pas du tout dérangée. Que demander de plus? Rien. Voilà une lectrice comblée ! [ + ]
  • A propos de Tout sauf le grand amour
    Posté par elisabeth004 le 17/02/2017 à 20:27
    génial, j'avais auparavant lu cette auteure et son humour décapant m'avait déjà laissé un bon souvenir. ses personnages sont haut en couleurs, on ne s'ennuie pas et on n'arrive pas à poser son livre. il y beaucoup de moments hi-la-rants, en bref on peut dire qu'elle a le sens de la formule. c'est presque dommage qu'elle n'utilise pas le style du double récit (une narration de l'heroine et une narration du héros) car le pauvre : elle le fait sacrément tourner en bourrique. bonne lecture ! [ + ]
  • Du même auteur
  • Dans la collection
  • Du même genre
Un grand amour peut en cacher un autre Kristan Higgins
  • Poche 7,90 €
  • EPub 7,49 € 3,49 €
La vérité sur l'amour (et autres petits mensonges) Kristan Higgins
  • Précommande Broché 19,90 €
  • Précommande EPub 9,99 €
Si seulement... la vie s'apprenait dans les romans d'amour Kristan Higgins
  • Broché 19,90 €
  • EPub 13,99 € 4,99 €
Kristan Higgins : la nouvelle star de la comédie romantique Kristan Higgins
  • EPub 14,99 €
L'amour et tout ce qui va avec Kristan Higgins
  • Poche 7,90 €
  • EPub 7,49 € 3,49 €
Amis et RIEN de plus Kristan Higgins
  • Poche 7,20 €
  • EPub 6,99 € 3,49 €
A un détail près Kristan Higgins
  • Poche 7,90 €
  • EPub 6,99 €
N'y pense même pas ! Kristan Higgins
  • Broché 19,90 €
  • EPub 12,99 €
Sans plus attendre Kristan Higgins
  • Précommande Poche 7,90 €
  • Broché 19,90 €
  • EPub 13,99 €
L'homme idéal... ou presque Kristan Higgins
  • Poche 7,20 €
  • EPub 6,99 € 3,49 €
Trop beau pour être vrai Kristan Higgins
  • Poche 7,20 €
  • EPub 6,99 € 3,49 €
Repartis pour un tour Kristan Higgins
  • EPub 13,99 €
Le meilleur de la comédie - 3 romans Kristan Higgins
  • EPub 29,99 €
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service. En savoir plus...