ENQUÊTE Une enquête unique

Note de l'auteur - Les espions de la terreur

12 novembre 2018

Matthieu Suc, journaliste chez Mediapart, a publié le 7 novembre "Les espions de la terreur", une enquête colossale et unique sur les Services Secrets de l'Etat Islamique.

Découvrez dès maintenant la Note de l'auteur, en préambule de son livre.


"Les terroristes se revendiquant de l’islam sont souvent présentés, avec un brin de condescendance, comme des barbares incultes. Une bande de va-nu-pieds téléguidés depuis une grotte serait responsable du carnage du 11 Septembre. Un commando de bêtes fauves, du massacre du 13 Novembre. C’est oublier que, depuis leurs origines, les organisations terroristes ont adopté des méthodes de contre-espionnage afin de déjouer les pièges de ceux qu’elles entendaient un jour frapper. C’est occulter l’intelligence opérationnelle dont elles font preuve à nos dépens. Les attentats ne sont que la partie émergée, la plus sanglante, la plus macabre, d’une lutte féroce qui se joue dans l’ombre, entre les services de renseignement occidentaux et moyen-orientaux d’un côté, et l’État islamique de l’autre. Une bataille secrète qui n’a pas grand-chose à envier aux manipulations à l’oeuvre durant la guerre froide. 

Il ne s’agit pas de mythifier les djihadistes en James Bond de la terreur. Certaines de leurs pratiques sont rudimentaires. Certains de leurs exécutants souffrent de problèmes d’élocution, d’une syntaxe approximative et de capacités de réflexion sommaires. Il n’empêche que si l’Europe est la cible, depuis 2014, d’une vague d’attentats, si la France pleure près de 250 morts sur son sol, ce n’est pas seulement parce que nos services sont désorganisés structurellement et dépassés conjoncturellement face à l’ampleur du phénomène djihadiste.

Cette enquête menée sur près de quatre ans esquisse les rouages du plus structuré des services secrets terroristes, celui de l’État islamique. Elle dévoile comment les espions du califat déjouent les infiltrations de taupes dans leurs rangs en Syrie, comment leurs clandestins se jouent des forces de l’ordre en Europe, et tend, au passage, un miroir glaçant à ces services de renseignement.
Les recettes de contre-espionnage utilisées par les djihadistes s’inspirent de celles déployées autrefois par la CIA ou le KGB."

- Matthieu Suc

Une enquête à découvrir ici :

Découvrez tous les titres sur ce thème