COUP D'ŒIL Lecture

Mrs Creasy a disparu

6 septembre 2017


Vous êtes-vous déjà demandé qui sont réellement vos voisins ? Sont-ils vraiment ce qu’ils paraissent être ? Dans une ambiance douce-amère, Joanna Cannon et son tout premier roman nous plongent dans les secrets d’un quartier anglais.

Une intrigue troublante

1976. Alors qu’une redoutable canicule s’insinue dans les cours et les jardins, une voisine disparaît. Tandis que Grace et Tilly mènent l’enquête, les langues se délient, les souvenirs remontent à la surface – les souvenirs, et la culpabilité. Car dix ans plus tôt, quelque chose est arrivé dans cette rue bien comme il faut. Quelque chose de terrible. Et face au vide causé par la disparition de leur voisine, les habitants de l’Avenue doutent. Qu’est-il arrivé à Margaret Creasy ? Que cache l’anxiété des voisins ?


Une plume originale et drôle

Alors qu’elle signe ici son tout premier roman, Joanna Cannon étonne par sa maturité d’écriture et son style unique. On est sous le charme des dialogues et de l’humour british de cette comédie qui emprunte autant à Agatha Christie, au feel-good à l’anglaise qu’au Corbeau de Clouzot.
 

Un certain regard sur la vie en communauté

Joanna Cannon brosse, avec cette comédie de mœurs à l’écriture acidulée, un portrait fin et grinçant de la vie en communauté dans une rue qui pourrait être la nôtre et qui, en cela, n’est pas sans rappeler les romans de Maggie O’Farrell et Joseph Connolly.


Joanna Cannon, auteur

“J’ai décidé d’écrire Mrs Creasy a disparu car je suis convaincue qu’il y a en chacun de nous une part de marginalité – certains sont plus doués que d’autres pour se camoufler, voilà tout.

Chacun, sur l’Avenue, a quelque chose à cacher, une raison qui fait qu’il ne rentre pas dans le moule. Et c’est seulement sous l’effet de la canicule étouffante que la capacité à dissimuler sa différence devient impossible, que, le long des pelouses fracturées ou sur le tarmac bouillant, les vies des voisins commencent à se déliter.

À travers les yeux de Grace, notre narratrice âgée de dix ans, on découvre que si l’on gratte un peu la surface, chaque mouton se révèle finalement être un bouc. Et le plus difficile, dans tout ça, est d’arriver à faire la différence entre les deux.

Je voulais que ce livre nous rappelle que l’on doit toujours se remettre soi-même en question, que l’histoire des habitants de l’Avenue nous encourage à être un peu plus bienveillant envers ceux qui sont différents.”


Un premier roman encensé par la critique

Best-seller en 2016 en Angleterre avec plus de 200 000 exemplaires vendus, ce premier roman a conquis auteurs, journalistes et lecteurs.

“Un délice du début à la fin.”
Paula Hawkins, auteur de La fille du train

“Une capture réussie de la claustrophobie de la vie de banlieue… Cannon dresse le portrait plein de nuances et de compassion de personnages qui semblent vivre en marge de leur propre existence.”
THE INDEPENDENT

“Les secrets de chaque famille sont dévoilés au grand jour, révélant le poids de la culpabilité et cette vérité pas très jolie : le voisinage se complaît dans le repli sur soi et la proximité se transforme en surveillance.”
THE NEW YORKER

“Comme dans un roman d’Agatha Christie, chaque personnage cache un secret mais pas forcément celui que l’on croit.”
THE GUARDIAN
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous offrir le meilleur service. En savoir plus...